Chemins philosophiques

Chemins philosophiques

« Au lieu d’être un Nietzsche, devenez un Spinoza ! » : voilà de quelle manière je fus apostrophé dans la foulée de mon précédent article, le délicieux « Il faut rallumer Notre-Dame! », par un dénommé Faical. « Au lieu d’être un Nietzsche, devenez un Spinoza. » Cette phrase, aussitôt lue, se mit à tournoyer dans les méandres de mon cortex, allant et venant, comme une véritable marée nauséeuse. Suis-je un Nietzsche? Quelle question! Et ai-je tout intérêt à devenir un Spinoza? Quelle énigme! Réfléchissant à l’offrande de ce sphinx cybernétique qui avait eu l’heur d’atterrir sur mon blogue, je passai de pénibles moments, ne sachant plus du tout où j’en étais. Les insomnies me gagnèrent et me firent visiter des lieux de mon esprit que j’avais complètement oubliés – autant de déserts dont j’avais désappris la solitude, ou de glaciers dont je croyais avoir durablement meublé les silences. Lire la suite « Chemins philosophiques »

L’ombre de nos idées

L’ombre de nos idées

Quiconque fréquente avec assiduité la société des créatures de l’esprit découvre peu à peu que malgré leur nature éminemment abstraite, elles manifestent parfois des caractères qui rappellent d’une manière étonnante ceux qui sont le propre des objets tangibles. Il arrive par exemple que les concepts se comportent comme s’ils étaient constitués de matière, et comme s’ils s’enchâssaient dans l’espace, y manifestant quelque solidité, quelque opacité. En effet, de la même façon que les objets qui ont leur place entre le soleil et la surface de la terre viennent obscurcir une partie de cette dernière, les concepts, lorsqu’ils se trouvent exposés à la lumière de l’esprit, projettent alors très souvent une ombre qui vient tapisser l’arrière-fond de la pensée. Et comme tout ce qui ne se présente pas à nos yeux dans la pleine clarté, notre attention est rarement dévolue au contenu de cet arrière-fond. Lire la suite « L’ombre de nos idées »