Un contradicteur

Un contradicteur

Selon mon expérience, le philosophe qui acquiert la conviction d’être parvenu à quelque soi-disant vérité est un philosophe fini. Je le dis au sens le plus littéral : cet homme-là n’est, spirituellement parlant, pas mieux que mort; aussi la seule œuvre dont il puisse encore être porteur est sa notice nécrophilosophique. Nombre d’illustres philosophes ont d’ailleurs rédigé la leur durant le cours même de leur existence – j’aurai toutefois l’amabilité de taire le nom des quelques occurrences qui me trottent en tête. Lire la suite « Un contradicteur »

Le don poétique de l’existence

Le don poétique de l’existence

Les livres de Søren Kierkegaard ont ce don rare de pouvoir provoquer ma colère. Non pas parce que s’y trouveraient décrites des situations qui exaspéreraient mon sens de la dignité humaine, ni parce que l’auteur y livrerait quelques énormités qui détonneraient avec ce que l’on attend d’un esprit fin – loin de là, mais bien parce que certaines pensées y resplendissent avec tant de force qu’il m’apparaît tout bonnement insupportable que je n’y aie jamais songé auparavant. Comme si ce n’était pas suffisant, cet éminent esprit eut sans doute l’une des plus belles plumes à avoir gribouillé sur terre. La profondeur et le style s’unissent parfois chez Kierkegaard jusqu’à asséner au lecteur une inoubliable paire de claques. Je voudrais ici rendre au lecteur du présent blogue l’une de ces fameuses taloches que j’ai eu le plaisir de recevoir de la part de l’écrivain danois. Lire la suite « Le don poétique de l’existence »