Citation: Günther Anders

Citation: Günther Anders

Certes, le monde dans lequel nous vivons n’est pas un royaume des Idées. Mais il est incontestablement plus platonicien que ne l’a jamais été le monde. Et ce pour la simple raison qu’il se compose de choses qui sont en grande partie des produits de série standardisés, des produits qui ont vu le jour en tant qu’imitations ou reproductions de modèles, de plans ou de matrices. Ils doivent leur existence à des Idées.

– L’obsolescence de l’homme

Citation de la semaine: Matthew B. Crawford

Citation de la semaine: Matthew B. Crawford

L’admiration de l’excellence humaine relève d’un ethos aristocratique. […] l’égalité est elle-même un idéal aristocratique. C’est l’idéal de l’amitié entre ceux qui se tiennent à distance de la masse et se reconnaissent entre eux comme des pairs. En revanche, l’idéal bourgeois ne repose pas sur un principe d’égalité, mais sur un principe d’équivalence – sur l’idée d’une interchangeabilité qui efface les différences de rang. […] nos intuitions aristocratiques peuvent en fait contribuer à humaniser et approfondir nos convictions démocratiques plutôt que les menacer.

– Éloge du carburateur

Citation de la semaine: Vladimir Jankélévitch

Citation de la semaine: Vladimir Jankélévitch

« […] la philosophie […] existe à peine, c’est-à-dire n’existe que par surprise et quand on détourne les yeux; dès qu’on la considère trop attentivement, on la voit devenir autre chose, psychologie, sociologie ou histoire de la philosophie des autres, car elle vit des miettes des sciences positives; la philosophie existe en gros, comme effet de masse ou d’approximation, alors que de près elle se désagrège à l’infini. »

– Philosophie première

Citation de la semaine: Sylvain Trudel

Citation de la semaine: Sylvain Trudel

Sans la lumière, les gens se prendraient par le bras et avanceraient lentement, à tâtons, ensemble d’un même pas hésitant, comme des frères; nul ne posséderait plus aucune certitude et il n’y aurait plus de croyances dans les têtes, mais, hélas, le soleil existe et les gens préfèrent croire les mensonges de la lumière qui les rendent si malheureux.

Du mercure sous la langue